Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 07:33

N’ayant plus d’autorité, mais croyant toujours détenir le pouvoir, notre « provincial »vient de sortir l’artillerie pour décréter la suspension des travaux et la mise en sommeil des RL 1011 et 425

Nous savons tous que l’autorité et le pouvoir ce n’est pas la même chose, l’autorité est avant tout une qualité personnelle qui est reconnue naturellement à celui qui la possède, et abuser de son pouvoir est souvent une déviation chez ceux qui manquent d’autorité personnelle.

Décidément le « provincial » n’a toujours rien compris à la situation et surtout à la gestion de la crise

Quant au grand porte canif qui ose répondre : » Ceci est un problème de droit, je ne peux en débattre avec toi » alors que notre VF  Pascal F. tout juste suspendu lui demandait si les suspensions qui avaient frappées des FF n’étaient pas abusives, on tombe alors dans la médiocrité de celui qui se croit supérieur. Peut être pouvons penser que l’élève entend dépasser le maitre et que  le désir secret et refoulé du porte canif est de devenir calife à la place du calife local !

Tu dois savoir mon « très cher frère provincial» que ce n’est pas parce que tu es « grand machin chose » que tu es supérieur aux autres FF. Tu seras vraiment grand et reconnu comme tel lorsque  ton chemin initiatique t’aura appris l’humilité et le devoir et que tu seras en mesure d’aider tes FF, de les aimer et de les guider

Nos « provinciaux » viennent maintenant d’atteindre le plus haut niveau de l’impéritie et à force de prendre les FF pour des crétins à qui on peut tout faire gober ils arriveront inévitablement à faire prendre conscience à ceux qui  restent inertes qu’il est enfin temps  d’ouvrir les yeux devant les comportements autocrates et intransigeants que nous connaissons et qu’ils refusaient d’admettre jusqu’à présent.


 


Réflexion du jour

 

Un de nos Frères nous a fait parvenir cette lette ouverte a PT. Elle sera le thème de notre réflexion du jour.

Très Cher Philippe,

 

C’est avec stupeur  que je viens de prendre connaissance des deux nouvelles ordonnances que tu viens de prononcer.

En ce qui me concerne je ne peux les accepter car tu fais un mélange de genres en te basant sur un article de nos règlements nullement approprié à ce cas et ce, à seule fin de te donner l’excuse de fermer deux loges et récupérer leurs chartes et leur trésor que, j’espère, tu n’as pas déjà dépensé.

J’y vois là un abus de pouvoir et certains parlent déjà de harcèlement moral envers les Frères de ces deux loges

 Je te demanderai d’une part de respecter leur décision qui est celle de ne pas se soumettre à une autorité qu’ils ne reconnaissent plus car elle a par plusieurs fois bafoué les règles de la maçonnerie et, d’autre part, d’attendre que la justice se prononce. Si nous avons tort nous assumerons ! 

Ta réaction calculée me donne quelque doute quant aux valeurs maçonniques qui sont les tiennes. Ta détermination à vouloir assouvir un certain autoritarisme qui tient plus d’une démarche fascisante que fraternelle m’interpelle. Je souhaite que ce ne soit qu’un égarement momentané de ta part et non une déviance permanente.

Je te rappelle que la maçonnerie n’est aucunement un produit de consommation  et ne peut être traitée comme tel.

C’est une démarche individuelle spirituelle et initiatique dans le cadre d’une confrérie.

Pour mémoire le voyage initiatique que nous avons entrepris  lors de notre réception doit nous amener vers le centre de notre propre labyrinthe, vers la lumière et non vers notre coté obscur. Nous désirons tous changer mon cher Philippe, mais entre le désir et la réalisation de ce désir le chemin est difficile, fait d'égarement, d’essais plus ou moins réussis.

Dans ce travail que nous avons entamé il est un point important sans lequel rien ne peut changer, il s’agit de dominer notre ego lui qui se nourrit de nos frustrations, de nos pensées, de notre temps que l’on trouve si précieux, lui qui est exacerbé par la volonté que l’on déploie à vouloir tout régir, mais aussi par cette confrontation perpétuelle que nous alimentons envers nous même, envers les autres.

Il semblerait que cet ego "que sans nul doute tu combats" ait trouvé refuge dans ta quête spirituelle et ne se soit transmuté en ego spirituel, énergie sublimée de l’ego.

Celui ci se cache sous le vouloir bien faire, mais associé au  vouloir être reconnu, le vouloir aider les autres mais accompagné de son comparse, le vouloir être apprécié des autres.

Méfies toi, l’ego spirituel est perfide, il s’est insidieusement,  sous couvert de générosité, de service, de sacrifice que tu dis consenti, insinué en toi, t’éloignant ainsi de ta quête véritable. C’est un orgueilleux qui aime à se parer de belles phrases, à citer les sages, et même à arborer certains attributs extérieurs parfois bien trop chamarrés d’une vie spirituelle. Tout cela sans en avoir acquis la véritable simplicité intérieure, sans connaitre l’humilité la plus profonde et sans avoir approché le vrai sens du Sacré.

Il se maintient sans éveiller tes soupçons en prenant l’apparence du devoir, de l’aide apportée, des bons sentiments, de la religion, de l'éthique ou d’une fierté responsable. Il le fait sous couvert de fraternité, d’amour que tu proclames haut et fort pour te donner bonne conscience.

En vérité, mon cher Philippe l’amour authentique, l’Agapè, n’attend pas de reconnaissance et l’aide véritable ne s’attend pas à être payée en retour d’éloge et de considération.

Rassembles ce qui est épars en toi, et poses toi les vraies questions : Quel combat mènes tu? Qu’est ce qui te fait avancer? Est-ce la justice? Est-ce la possession? La jouissance? Le pouvoir? Ou devrais-je dire les Pouvoirs? N’aurais tu pas oublié de briser les chaines de tes sensations profanes, de l'éphémère qui te ralentissent.

L'épreuve initiatique que nous avons traversé et qui se poursuit chaque jour consiste aussi à dire oui à un changement, et à faire cesser tout processus de résistance, de protectionnisme que l’on peut avoir en vers ce changement, gardons notre cœur ouvert.

Nous, Francs-maçons, sommes des combattants spirituels, des Chevaliers. Notre combat est aussi dans le quotidien ou dualité et dispersion règnent en maitre.

De ce que nous faisons, n’attendons pas de fruit. Ne l’oublions pas, désirer des résultats c’est rester dans l’ignorance des desseins du G.A.D.L’U.

Ne vois dans mes propos mon cher Philippe aucune attaque personnelle je ne fais qu’être le gardien de mon Frère.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Le Veilleur
commenter cet article

commentaires

yunus 26/05/2011 09:43


« Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes mauvais. » Historical Essays and Studies, by John Emerich Edward
Dalberg-Acton, first baron Acton.
La GLNF n’est ni en retard, ni en avance mais en synchronie avec ce qui se passe dans le monde profane : Victime de l’abus de position dominante qui n’est que l’évolution sémantique du vieil abus
de pouvoir. Malheureusement.
Malheureusement, car l'éclosion et le développement de la franc-maçonnerie a été contemporain de la lutte contre tous les absolutismes.
Il faut nécessairement s'interroger sur les mécanismes qui ont permis la concentration de tous les pouvoirs dans les seules mains d'un grand maître alors même qu'en substance, la franc-maçonnerie a
pour objet de lutter contre le pouvoir absolu, en particulier, de droit divin et l’une de ses conséquences, l'obscurantisme.
Il a fallu nous faire gober pendant des années que ceux qui nous dirigeaient comme des despotes étaient éclairés. L’outil de propagande le plus utilisé a été l’enfumage du bas peuple, les FF du
tiers-état, désinformés et formatés, trop bêtes pour comprendre, trop disciplinés pour se révolter.
Pour ce faire, les grands maîtres ont développé le nombre des officiers. Richelieu, à son époque, déjà, disait que les officiers servent " à retenir les peuples dans leur devoir ". Lui-même n'avait
pas prévu que l'esprit de corps des officiers allait grandir et que leur volonté de participer vraiment au pouvoir aller en faire un corps revendicatif.
La GLNF est, depuis longtemps, dans un processus de décomposition-recomposition.
Pourtant, toute tentative de révolution, c'est-à-dire, tout changement ou innovation ayant pour but de bouleverser l'ordre établi de façon radicale, a été tuée dans l'œuf, comme s’il existait un
accord tacite entre les dirigeants actuels et une partie de leur opposition, pour éviter, à tous prix, une telle situation qui est pourtant réclamée de toute force par la base réveillée
brusquement.
Le seul affrontement accepté, par ceux qui nous gouvernent ou nous gouverneront, est institutionnel, sur des bases juridiques et judiciaires, comme si la justice profane pouvait être le juge de
paix de la franc-maçonnerie. Ce comportement contre-révolutionnaire est de moins en moins accepté par la majorité des frères et quel que soit le résultat, il n'est pas du tout sûr qu'il règle les
problèmes et qu'il soit profitable à un véritable processus de recomposition.
En bas, nous nous méfions tous des effets de manche onéreux et des marches militaires qui n'auraient pour seul but que de nous faire accepter que la montagne accouche d'une souris.
Nous n'avons qu'une confiance très relative en cette justice profane qui nous montre tous les jours qu'elle favorise les petits arrangements entre amis, sous couvert de pardon sans repentance.
Nous voyons d’ici poindre les critiques des légalistes, ces parangons de la vertu qui veulent s'opposer à tout prix à tout processus révolutionnaire. Leurs cris d’orfraie vont le disputer aux
chants des sirènes. Il n’y aurait pas d’alternative entre le cauchemar et l’endormissement sous la berceuse.
Pourquoi une révolution à la GLNF fait tellement peur à ses évêques mitrés ?
Et si la révolution était la vraie solution ?
Mais les révolutionnaires, où sont-ils ?
Montesquieu tu es mort, Voltaire toi aussi, et puis toi, Lafayette !
Morts ! Pourtant, dans notre Chaîne d’Union vous êtes bien vivants et nous vous entendons gronder et nous pousser au soulèvement.


Le Furet 25/05/2011 20:36


Mon BAF le Veilleur,
Merci de nous avoir communiqué cette lettre ouverte à Philippe. Connaissant, comme vous tous, le personnage il est évident que toutes ces réflexions n'auront aucun impact sur l'individu qui campe
sur sa position et qui ne changera pas de posture à l'image de son gourou qui vient de nous adresser une nouvelle "Brèves" pour nous enfumer une nouvelle fois sur les comptes de l'obédience et ceux
de l'OAF.


zerbe babouck 25/05/2011 13:35


Mes BAF,
Vous qui avez le monopole du cœur, vous sanctionnez, vous relayez, vous observez, vous soutenez l'idéologie de la pensez unique, vous les détenteurs de tabliers surdimensionnés avec des titres
ronflants comme des bolides assourdissant.
Vous recevrez bientôt votre salaire
Vous recevrez bientôt votre salaire
Vous recevrez bientôt votre salaire


Berechit 25/05/2011 11:22


La première Loi que chaque maçon doit respecter est celle de sa Conscience : face à son miroir, souvenir émouvant de notre initiation, nous savons qui nous sommes.

La Maçonnerie Universelle reproduit le Big Bang : chaque Loge est une "molécule" dont le but est de s'associer à d'autres pour créer une Conscience Universelle.

Le seul pouvoir d'un maçon est celui de créer une Conscience Universelle plus Fraternelle afin de s'améliorer pour améliorer le Monde.

Une Obédience (la première a été créée en 1717 à Londres et a réuni quatre Loges) est d'abord une structure administrative.

Chez nous, depuis vingt ans (1989 !) les règlements ont été progressivement modifiés pour transformer la Maçonnerie Universelle originelle en une Maçonnerie d'apparence:

(tabliers bleus bling bling, titres ronflants qui ne correspondent à aucune connaissance initiatique , multiplications des "sucettes" pour humains en mal de Légion d'HOnneur -passé grand expert,
grand porte étendard etc)

Les dernières modifications sont Stifanniennes ( 2008) et comportent notamment les points cruciaux suivants:

-Livre 1 page 13 : La GLNF gouverne et administre les loges sous son obédience" par:
L'association GLNF recouvre un ordre maçonnique traditionnel..."

Livre 1 page 44 :
La GLNF est placée sous l'autorité du GM chef suprême de la grande loge " par : "chef suprème de l'ordre maçonnique en France"

et pour faire admettre ces scandaleuses modifications, en voici d'autres :

livre 1 p 44 : Le GM peut demander que soit refusée l'admission en Loge d'un F. dont la présence pourrait troubler l'harmonie..."

Plus scandaleux encore :

Page 6 (préambule)

*La qualité de membre de la GLNF se perd par...exclusion ...pour manquement à la délicatesse"

autant dire que Stif s'est exclu depuis longtemps..;de lui même.

Rappel :

Historiquement, la seule puissance Maçonnque est celle des LOges.

Les Maîtres sont détenteurs de tous les pouvoirs et peuvent décider d'une action en chambre du milieu.

Seul le VM élu décide de ce qui doit se passer dans sa Loge.

Faire monter un tablier "bleu" à l'Orient est un non sens initiatique absolu.

Je vous embrasse tous

Berechit


Présentation

  • : Le Myosotis Réunionnais
  • Le Myosotis Réunionnais
  • : Tribune pour la sauvegarde des valeurs traditionnelles de la Franc-Maçonnerie
  • Contact

Recherche